Saturday, September 13, 2014

Dictature mondiale & dissidence



La minorité dissidente

La minorité dissidente, si l’on peut la nommer ainsi, est répartie sur toute la terre, à travers toutes les races, les classes, les cultures et les religions. Progressivement, sous la pression des événements
mondiaux, ces êtres vont se reconnaître, et se découvrant appartenir à la même « nation spirituelle», ils mettront en pratique la parole : « Aime ton prochain comme toi-même ».

[...] Ils se découvriront unis dans une fraternité qui ne doit rien au simulacre humanitaire de l’ordre mondial. Quant aux innombrables ayant abdiqué devant ce qu’il faut bien nommer la « puissance du mal », non par méchanceté, mais par ignorance et lâcheté, ils prendront la voie de l’endurcissement qui les transformera en des êtres robotiques, dangereux et immoraux. Non qu’ils soient mauvais, mais parce qu’ils croient devoir obéir à leurs bergers qui les conduiront là où ils n’iraient pas. En terme spirituel, c’est ce qu’on nomme un « jugement ». C’est un processus cyclique entre deux périodes qui permet de soustraire du collectif un groupe de pionniers dont la mission est de devancer la marche collective afin de l’accélérer. En l’absence de pionniers, tout le monde reste en arrière. Il n’y a rien d’injuste ou de cruel dans ce processus qui s’est déroulé maintes fois depuis l’origine des civilisations. Il est nécessaire de sauver les germes de conscience du flot régressif qui risque de l’emporter. Il n’y a rien de personnel ou d’égotique, et nul ne doit interpréter cette sélection comme un privilège donné à quelques uns, car c’est une lourde responsabilité. La conscience implique un devoir plus grand. Il faut des pionniers sinon tout se perd.

Notre compassion va vers l’humanité qui est retenue par la psychose sécuritaire. Mais notre amour doit se tourner vers ceux qui désirent la libération de l’homme au sens spirituel.

Il faut sauver l’amour du naufrage, et pour cela, il est indispensable de garder la tête hors du noir courant de l’inconscience où sont plongées nombre de personnes que nous aimons. Elles démontrent déjà de l’animosité à notre égard lorsque leurs croyances sont ébranlées par les faits. Mais le phénomène le plus inquiétant est la manifestation d’une mauvaise foi d’un genre redoutable. Elle se résume par cette attitude : « Je sais bien que c’est mauvais mais je le fais quand même ».

Perspectives pour l’avenir

Il faut appliquer un critère de lucidité qui consiste à ne plus accueillir l’information d’où quelle provienne sans la filtrer par notre décodeur interne et notre raison aux aguets.

La minorité consciente qui ne gobe plus les bobards de l’establishment est la cible d’attaques subtiles car on connaît ses points faibles, particulièrement son idéalisme et son goût pour les belles espérances. Une vieille dame disait : « Mes pauvres enfants, à l’avenir, il va vous falloir un démêloir.

D’un côté, ceux qui nous flattent avec leurs « messages » célestes pour nous maintenir dans une douce inconscience, et de l’autre ceux qui nous effraient pour nous vendre des systèmes de protection coûteux et dérisoires.

Parfois les gens disent : « cela ne nous laisse aucun espoir », et cette remarque nous renseigne sur l’attente d’un miracle qui est dans l’air. Nous répondons : « Puisque vous désirez un miracle, attendez-vous à ce qu’on vous en propose ! Vous devriez plutôt devenir votre propre lumière, et réaliser en vous-même le seul miracle qui compte, à savoir devenir conscient, fort et libre.» Mais pour celui qui a reçu « l’implant » de l’attente messianique, ce sont là des paroles peu satisfaisantes.

Parlons donc des perspectives d’avenir, pour autant que nous puissions voir quelque chose dans ce brouillard. En réalité, le cours de l’histoire extérieure est déjà tracé de longue date, et c’est pourquoi les dirigeants de la planète - usurpateurs au demeurant – n’ont plus de pudeur à étaler leurs trafics. Les masses sont devenues si apathiques qu’elles iront dans le sens qu’on leur indique. C’est une affaire entendue. Dès lors, pourquoi les maîtres tergiverseraient-ils ? La crise du Proche-Orient doit permettre d’allumer un incendie contrôlé. La chaotisation actuelle est orchestrée de main de « maître » (voir « Les contes de fée du Tibet »). Intuitivement, nombre de gens simples ressentent que quelque chose ne tourne pas rond, mais au final, ils se conforment aux ordres des médias, en portant au pouvoir des bandits doublés de supermenteurs dont la religion avérée est le satanisme. Ce fait révèle l’affaissement de la conscience
morale. Les gens légitiment le mensonge dès l’instant où ils se sont laissés irradier par les messages subliminaux de la télévision et par d’autres sources de pollution. 

Si les français étaient opposés à la guerre en Irak, c’est parce que leurs leaders en ont décidé ainsi.
Les enfants des écoles seraient descendus dans la rue en criant « à mort Saddham » si Monsieur Chirac avait choisi cette option. Souvenons-nous de la dernière élection présidentielle et du slogan [...] : « je suis contre Chirac le voleur et menteur, mais je vote pour lui ! » C’est bien la télévision qui gouverne la volonté des masses et des classes moyennes. Seule une faible minorité échappe à l’embrigadement.

Quant aux événements actuels, selon toute vraisemblance, le lobby
américano-sioniste, après avoir inventé le « complot terroriste international » - ce qui est une manière d’avouer la conspiration pour terroriser les populations – cherche à énerver un peu les masses musulmanes et arabes, sachant qu’elles sont sous contrôle, plus intéressées par les rêves de Dallas que par le revival islamique. Et si elles descendent dans la rue au lieu de regarder le match en buvant du Coca, c’est qu’on les aura poussées par un féroce bombardement d’ondes capable de déclencher une crise de fanatisme. 


Le but de la crise au Proche-Orient (Moyen-Orient) est de focaliser l’angoisse du monde sur une région hautement magique qui fut le berceau du cycle des civilisations occidentales. Le serpent se mord la queue. Tout retourne au point de départ. Cette manœuvre pour tendre le fil jusqu’à son degré de résistance maximal permet d’amener progressivement une crise planétaire. 

Les organisateurs savent où ils vont et comment ils vont y arriver. Cela demeure pour nous très tortueux et surréaliste. La crise finale s’alimente entre ces deux extrêmes : la menace de guerre d’un côté et l’espoir de paix de l’autre. La manipulation consiste à réguler ces deux courants par une propagande amplifiant les pulsions de révolte et de violence d’un côté, tout en stimulant le désir de paix et de sécurité de l’autre. Ces paroles sont sans doute pénibles aux oreilles des idéalistes qui sont tombés les yeux fermés dans la deuxième attitude, respectable au demeurant, mais qui témoigne d’une absence de lucidité par rapport à la dualité du « bien et du mal ». 

Voulons-nous continuer à être des billes dans le flippeur des maîtres du monde ? Alors, prenons parti en faveur du bien ou du mal avec lesquels ils contrôlent nos émotions, depuis zéro jusqu’à l’ébullition. 


La menace d’un conflit généralisé débouchant sur une crise mondiale amènera une confusion et une détresse dont on ignore l’ampleur souhaitée par les maîtres du jeu. S’agit-il de déclencher un véritable déluge générant des catastrophes naturelles qui mettront les populations à genoux ? On ne sait jusqu’où le seuil de tolérance de l’humanité peut aller, mais un effondrement économique devrait suffire à inciter les masses à implorer le ciel. 

Il ne sera pas difficile de lancer à la télévision le slogan « paix et sécurité ! » pour que plusieurs milliards de poitrines le reprennent en chœur. Tout cela sera suggéré au bon moment, et c’est pourquoi les maîtres de la guerre entretiennent un mouvement pacifiste international et qu’ils ont conservé jusqu’à ce jour les structures religieuses qui seront jetées après usage.

Lorsque l’humanité sera plongée dans la crainte d’une chaotisation,
 alors, les dirigeants de l’ordre mondial présenteront leur sauveur providentiel. Il faudra que l’humanité l’appelle de ses vœux, sinon cela ne pourra pas fonctionner. Vous voulez la paix et la sécurité ? Vous voulez un miracle ? Vous voulez le Messie ? Et bien, vous l’aurez voulu ! 

Toutefois, il est indispensable que le chef de l’ordre mondial soit investi d’une légitimité et que cet avènement relève d’une investiture sacrée car le fond humain est religieux.

Après l’Antéchrist…

Dans l’hypothèse d’une intervention X qui viendrait court-circuiter la phase finale du nouvel ordre mondial avec l’apparition de son chef messianique, on ne peut dire d’où viendrait ce contre-temps. Pourquoi un plan qui s’est déroulé au poil depuis deux siècles, capoterait-il sur le poteau ? Il y a peu d’imprévus, et les organisateurs ont sans doute un plan B. Qui peut changer le cours de ce qui est écrit ? Non, il faut que le scandale arrive sinon nous n’en verrons jamais le bout. Toutefois, il demeure des zones d’ombre qui laissent planer un certain suspense.

On peut supposer que le trône de l’empire mondial reviendra au président de l’Europe lorsque ce poste sera mis en fonction sur la base de la Constitution Européenne qui scelle la fin de la souveraineté des nations libres du vieux monde. La rivalité artificielle entre les Etats-Unis et certains pays européens dont la France, sert à préparer cette situation d’émergence d’une Europe qui sera le porte-flambeau du nouvel ordre mondial aux yeux des nations. Les USA sont trop impopulaires
.

Seul un président de l’Europe pourra ménager la sensibilité de l’Asie et l’Afrique, ce qui est impossible aux Etats-Unis impérialistes. Le candidat devra en outre revêtir une légitimité d’ordre théocratique afin de combler les attentes messianiques et les croyances enracinées dans les différentes cultures. Ce point est incontournable, et il explique pourquoi les réseaux du nouvel âge ont annoncé la venue d’un messie qui serait la synthèse à la fois du Christ, du Maitreya bouddhiste, de l’avatar Kalki hindou, de L’imam Maadi des musulmans, et bien entendu, du messie d’Israël, le justicier terrestre qui rétablira son « peuple élu » sur la Planète Promise…

Si l’on opte pour l’hypothèse d’un sauveur de type théocratique, il faudra qu’à la suite d’une propagande religieuse intense, il se présente comme un messie traditionnel doublé d’un homme d’état particulièrement charismatique. Un vraie bête politique que cette Bête !

Il lui faudra convaincre des races et des peuples opposés. Cela sera possible grâce à la technologie et aux satellites qui ont été mis en place dans ce but autour du globe. On peut diffuser des messages sonores que les gens croient entendre à l’intérieur d’eux-mêmes. (Voir « Projet Blue Beam »)

Avant que ce « sauveur » n’apparaisse, il faudra dévitaliser les dogmes religieux trop opposés. Cela n’est pas un problème grâce aux progrès de l’œcuménisme et par l’infiltration des Jésuites dans les religions du monde. Quatre siècles qu’ils y travaillent ! 

Si vous avez déjà vu un swami à la barbe blanche, vêtu de la robe safran des moines hindous, vous ne vous doutez peut-être pas que derrière sa peau sombre et son regard lumineux, se cache un père jésuite. Faites le tour de toutes les traditions, et vous aurez la même surprise, à travers les temples, les mosquées, les synagogues, les chapelles, les dojos, et bien entendu les loges, sans oublier pour l’anecdote les observatoires astronomiques ni les instituts scientifiques. Les jésuites n’ont pas chômé. Mais, leur reprocherons-nous d’avoir un projet et de la motivation, nous qui sommes si passifs ?

Ils se préparent à présenter au monde d’incroyables découvertes archéologiques qui bouleverseront les croyances religieuses traditionnelles. Ces révélations devraient rapprocher les croyants des diverses confessions autour d’un consensus théologique afin de les préparer à reconnaître la source commune de leur religion, et par conséquent l’unicité de leur sauveur ou messie. L’émotion de sa venue balaiera toutes les divisions dans une ferveur contre laquelle il ne fera pas bon émettre un doute.

Attendons le bouquet final en ne cédant pas à la séduction émotionnelle comme nos frères humains dont le test du 11 septembre 2001 a prouvé que la barrière immunitaire psycho-spirituelle est très endommagée.

C’est pourquoi il y a deux groupes humains en présence sur la terre et ils se séparent l’un de l’autre à grande vitesse presque de jour en jour La minorité consciente est face à la multitude qui pourrait devenir hostile lorsqu’on la suggestionnera dans ce sens. Il va falloir se préparer à une longue résistance et peut-être à des persécutions. C’est pourquoi, il est temps de développer notre force intérieure. Nous sommes devant une occasion de mutation exceptionnelle.

Undercover 7 (mai 2003)

No comments: